RDC: les manifestations contre l’ambassadeur du Rwanda


Vincent Karega est accusé de nier le massacre de plus d’un millier de personnes à Kasika, dans la province du Sud-Kivu, le 24 août 1998. Un massacre attribué par l’ONU aux rebelles du Rassemblement congolais pour la démocratie (RCD) et leurs alliés militaires rwandais.

Les manifestations pour demander l’expulsion de Vincent Karega ont commencé il y a un mois. Mercredi, des dizaines de militants de mouvements citoyens sont à nouveau descendus dans la rue.

Au son des mégaphones et surmontée de banderoles et de quelques photos des victimes des massacres dans l’est du pays, la marche est partie du rond-point des Huileries, à Kinshasa, peu avant midi. Une centaine de manifestants a ensuite déferlé le long de cette avenue très fréquentée, avant d’être confrontés par la police.

Les manifestants voulaient déposer leur mémorandum au ministère des Affaires étrangères. Après des négociations avec la police, seule une trentaine de personne ont été autorisées à se rendre au ministère. Et c’est finalement la cheffe de cabinet du ministre qui a réceptionné le document dans lequel les activistes l’interrogent.

En plus de l’expulsion de Vincent Karega, les militants exigent la création d’un Tribunal pénal international sur le Congo pour juger des crimes répertoriés par l’ONU. Une demande que porte aussi le Prix Nobel de la paix, Denis Mukwege.

Catégories :Afrique

Tagué:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.