Madagascar: l’enseignement en ligne pour faire face au Covid-19 creuse les inégalités


À Madagascar, on mesure l’impact de la crise engendrée par le Covid-19 sur l’éducation. La société civile s’est emparée de ce sujet lors d’un débat organisé en ligne ce samedi 26 septembre. Depuis six mois, les cours ont été suspendus sur la Grande Ile, excepté pour les élèves en classe d’examen, pour éviter la propagation de coronavirus.

Des cours à la télévision et à la radio nationale. C’est un dispositif mis en place par l’Etat pour contrebalancer la fermeture des écoles qui n’est pas suffisant argumente Harnelle Rakotobe représentante d’Eduteam, coalition d’organisations de la société civile engagées dans l’accès à l’éducation et qui œuvre notamment pour la gratuité de l’enseignement primaire.

Publicités

Le semestre entier de cours perdus est difficile à compenser par un apprentissage à distance du fait du peu d’accès aux moyens de communication et d’information dans le pays. Le risque d’abandon scolaire est important fait d’ailleurs remarquer la représentante du ministère de l’Education, Helikanto Rakotovololona, lors de ce débat. La crise engendrée par le Covid-19 a précarisé de nombreux ménages qui n’ont plus les moyens de payer les frais de scolarité de leurs enfants.

Le gouvernement a annoncé, la semaine dernière, la gratuité de l’enseignement public pour l’année scolaire 2020-2021. Cette exception qui devrait être la règle, estiment les participants à ce débat. « Dans les écoles publiques, il y a les frais d’inscription et les frais pour les manuels pédagogiques. Les parents cotisent aussi pour payer les salaires des enseignants qui ne sont pas encore fonctionnaires. Il est stipulé dans la Constitution que l’éducation primaire devrait être gratuite et nous voulons vraiment aller dans ce sens-là sur le long terme et pas seulement pour cette année scolaire », détaille Sabrina Razafindravelo, sociologue et modératrice du débat.

Des répercussions aussi pour les professeurs et les établissements scolaires relève Claude Raharovoatra, président du Syndicat des enseignants et éducateurs de Madagascar. « Ce sont surtout les écoles privées qui sont les plus touchées par le Covid-19. Il y a des enseignants du privé qui n’ont pas reçu leurs salaires depuis cinq mois de crise parce que les parents ne veulent pas payer l’écolage, puisqu’il n’y a pas de cours alors qu’il ne s’agit pas seulement de payer les salaires des enseignants mais aussi l’entretien du bâtiment, etc. Il y a des écoles privées qui ont littéralement fermé. Mais le privé est un complément indispensable pour l’éducation des enfants malgaches. Donc, comment aborder la rentrée avec tous ces problèmes là ? »

Les établissements privés jouent un rôle primordial dans l’éducation des enfants à Madagascar car les écoles publiques ne sont pas assez nombreuses pour tous les accueillir.

Catégories :Afrique

Tagué:, ,

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.