France: Olivier Véran répond à Jean-Luc-Mélenchon qui étrille le couvre-feu « absurde » de Emmanuel Macron


Alors qu’un couvre-feu sera instauré ce samedi à Paris et dans huit autres métropoles, Jean-Luc Mélenchon a jugé cette mesure « absurde », estimant que les contaminations ont majoritairement lieu « au travail ou à l’école ou à l’université entre 8h et 19h ». Une information à nuancer.

Publicités

Le tweet est arrivé quelques minutes après l’annonce d’Emmanuel Macron. Suite au discours du chef de l’Etat ce mercredi 14 octobre, Jean-Luc Mélenchon a critiqué l’instauration d’un couvre-feu dans neuf métropoles françaises. Le responsable de La France insoumisea ainsi affirmé que « 60 % des contaminations ont lieu au travail ou à l’école ou à l’université entre 8h et 19h » et qu’il n’était donc pas utile d’interdire « les sorties au bar et au restau entre 20h et 6h ». Concluant son argumentaire d’un incisif « Bienvenue en Absurdie ».

Moins de 10% des cas identifiés dans des clusters

Le chiffre du chef de fil de LFI n’est pas, en soi, faux. Il est même tiré de la seule source chiffrée des origines des lieux de contamination en France, à savoir le fameux bilan épidémiologique publié chaque semaine par Santé publique France. Dans le dernier en date, publié le 8 octobre, on lit en effet que, parmi les foyers en cours d’investigation, 35,3% ont été observés dans le « milieu scolaire et universitaire », devenu premier lieu de contaminations identifiées, suivi des « entreprises privées ou publiques » qui représentent 20% des quelque 1000 clusters observés au 5 octobre. Un total de 55,3%, arrondi par Jean-Luc Mélenchon à 60%.

Les données ne sont donc pas fausses. Seulement, elles ne représentent que les clusters « identifiés ». Comme le note d’ailleurs l’agence sanitaire, « face à l’augmentation de la circulation virale sur l’ensemble du territoire », ce nombre est « probablement largement sous-estimé ». Pour comprendre l’ampleur de cette « sous-estimation », il suffit de prendre le nombre de cas enregistrés par Santé publique France pour son bulletin et ceux qui ont réellement eu lieu sur le territoire. Ainsi, si l’agence prend en compte 3.207 clusters signalés pour 34.767 cas du 9 mai au 5 octobre, la France est passé au même moment de 174.758 malades à 601.971. Soit près de 427.200 nouveaux cas. La part prise en compte par Santé publique France ne représente donc que 8% de l’ensemble des contaminations.

LIRE AUSSI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.