Guinée : la campagne sous tension, l’opposition mobilisée


La campagne en vue de l’incertaine élection présidentielle en Guinée est entrée jeudi dans sa dernière ligne droite avec le retour des deux principaux candidats, le président Alpha Condé et Cellou Dalein Diallo, dans la capitale, Conakry.

Publicités

Des foules de Guinéens enfiévrés se sont pressées, jeudi 15 octobre, à la rencontre de Cellou Dalein Diallo, principal adversaire du chef de l’État sortant, à son retour de province, à l’entame de la dernière ligne droite avant la présidentielle.

Le président Alpha Condé était lui-même rentré à Conakry, mercredi soir, après avoir écumé le pays en hélicoptère pendant plusieurs jours malgré ses 82 ans, afin d’haranguer des foules chauffées à blanc, pourfendre Cellou Dalein Diallo et faire mentir ce dernier sur sa santé déclinante.

« Nous sommes là pour l’alternance »

Au total, douze candidats sont en lice, dimanche. Mais la direction de la Guinée pendant les six prochaines années devrait se jouer entre les deux rivaux qui se sont déjà affrontés en 2010 et 2015.

Le centre de Conakry a encore résonné, jeudi matin, du vacarme assourdissant de klaxons, sirènes et sifflets produit par un interminable cortège de semi-remorques transportant des partisans du président Condé qui arboraient la couleur jaune du parti au pouvoir.

La manifestation a fait craindre, dans l’atmosphère volatile d’une campagne acriminonieuse, une collision avec les aficionados de Cellou Dalein Diallo. Mais celle-ci n’a pas eu lieu, le défilé de camions a pu rentrer vers le port sans heurt, après avoir fait une sortie sur l’autoroute.

De toute la capitale guinéenne, des milliers de sympathisants de Cellou Dalein Diallo ont convergé vers la périphérie pour accueillir leur champion de 68 ans qui revenait, lui aussi, de faire campagne à l’intérieur, portant le message du changement après dix années de présidence Condé.

« Depuis dix ans on est dans la souffrance derrière ce Monsieur, ce vieillard de 90 ans, 92 ans, nous sommes fatigués, nous sommes là pour l’alternance », s’est exclamé Baldé Mamadou, 35 ans, mécanicien de formation mais sans véritable emploi.

LIRE AUSSI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.