Côte d’ivoire : le spectre des violences intercommunautaires resurgit dans le pays


L’appel au boycott par l’opposition du processus électoral fait craindre un nouveau cycle de violences dans le pays. Vendredi, des tensions intercommunautaires ont éclaté dans le fief du candidat à la présidentielle, Pascal Affi N’Guessan.

Publicités

Des violences intercommunautaires, qui ont fait plusieurs blessés, se déroulent depuis vendredi 16 octobre à Bongouanou (à 150 kilomètres au nord d’Abidjan), fief du candidat à la présidentielle, Pascal Affi N’Guessan, ex-Premier ministre de Laurent Gbagbo, dont la maison a été incendiée.

Les habitants du quartier Agnikro (ethnie locale agni) et ceux de Dioulabougou (quartier d’ethnie dioula du Nord, majoritairement pro-Ouattara) s’affrontent à coup « de gourdins et de machettes », selon plusieurs témoins. Des maisons et des magasins ont été incendiés.

Ces violences surviennent alors que l’opposition, dont fait partie Pascal Affi N’Guessan, a lancé jeudi 15 octobre un mot d’ordre de « boycott actif » du « processus électoral » et notamment demandé à ses militants d' »empêcher la tenue de toute opération liée au scrutin » présidentiel du 31 octobre.

La crainte de violences électorales est forte en Côte d’Ivoire, dix ans après la crise post-électorale de 2010-2011 qui avait fait 3 000 morts, après le refus du président Laurent Gbagbo de reconnaître sa défaite électorale face à Alassane Ouattara.

LIRE AUSSI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.