Marlène Schiappa veut lutter contre le « cyberislamisme » sur les réseaux sociaux


@HaieMag

Auprès de L’Obs, Marlène Schiappa a ce 23 octobre fait part d’une nouvelle proposition pour contrecarrer les discours islamistes sur les réseaux sociaux: la création d’une unité de contre-discours républicain sur les réseaux sociaux, sous l’autorité du Comité interministériel de Prévention de la Délinquance et de la Radicalisation, désormais dirigé par le préfet Christian Gravel.

Publicités

Ce que nous voulons faire, c’est porter un discours de contre-propagande », a expliqué la ministre déléguée chargée de la Citoyenneté, en citant l’exemple de la perquisition des locaux de l’association BarakaCity, des messages de « victimisation » qui l’ont suivie et de la vidéo réalisée en plusieurs jours par la porte-parole du ministère de l’Intérieur pour y répondre. « La prochaine fois, il faut que le contre-discours soit prêt, pour défendre nos valeurs. Il y a des exemples en Angleterre, en Allemagne, dont on peut s’inspirer ! », estime-t-elle.

En 2015 déjà, à la suite des attentats de Charlie Hebdo et de l’Hyper Cacher, Manuel Valls, alors Premier ministre, avait promis des « bataillons de community managers » comme embryon de solution à la radicalisation en ligne. Une campagne baptisée « Stop Djihadisme » avait alors été lancée, et s’était notamment concrétisée par la création d’un compte Twitter didactique.

Le dernier tweet de ce compte remonte à mars 2018.

LIRE AUSSI

1 réponse

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.