Bensouda : « decla la CPI était critiquée avant moi »


À six mois de la fin de son mandat, la procureure générale de la Cour pénale internationale (CPI) défend son bilan, convaincue d’avoir fait avancer la justice, et refuse de se laisser intimider.

Publicités

En septembre dernier, les États-Unis ont annoncé des sanctions à son encontre pour protester contre la possible ouverture d’une enquête sur des crimes commis en Afghanistan. Crimes dont l’armée américaine pourrait avoir à répondre. Peu importe, insiste Bensouda : seuls comptent le droit et la justice.

En juin, elle quittera ses fonctions, convaincue d’avoir permis de dissiper, en partie du moins. Le malentendu qui planait entre la Cour et les Africains. Être une femme, africaine de surcroît, n’aura pas toujours été facile, mais l’exposition va avec la fonction, elle le sait. Discrète et inébranlable, elle s’assume en « femme puissante ». Entretien avec une procureure qui ne prétend pas inspirer de la « peur », mais qui aura jusqu’au bout refuser de se laisser intimider.

LIRE AUSSI

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.