Arnaque : un cybercriminel localisé au Bénin


Un cybercriminel localisé au Bénin a dupé au moins cinq acheteurs français en prétendant vendre une voiture sur Le Bon Coin. Une escroquerie de plusieurs dizaines de milliers d’euros.

Publicités

Il y a quelques mois, Alexandre tente de se défaire sa voiture sur Le Bon Coin, première plateforme française de ventes et d’achats entre particuliers. Un acheteur se montre intéressé par le bien affiché à 19.000 euros. « On se met d’accord pour qu’il achète le véhicule. Il m’envoie sa pièce d’identité.

Je lui envoie la carte grise pour qu’il puisse effectuer les démarches auprès de l’assurance. Depuis, je n’ai plus eu aucune nouvelle », raconte Alexandre dans l’enquête de TF1 en tête de cet article. Les bases de l’arnaque sont alors posées.

Dans un seconde temps, l’escroc utilise les photos du véhicule d’Alexandre ainsi que de sa carte grise afin de poster une fausse annonce sur le site. La voiture s’y retrouve ainsi au prix cassé de 12.000 euros. Une offre alléchante qui a ensuite permis à l’arnaqueur de soutirer cette somme à au moins cinq reprises.

Utilisation d’un faux mail

Les cinq acheteurs, probablement empressés de profiter de cette bonne affaire, ont réservé la voiture sans même la voir. Mais à vouloir aller trop vite, ils se sont fait berner. Ils pensaient pourtant ne prendre aucun risque en utilisant la nouvelle fonctionnalité « paiement sécurisé » de la plateforme.

Cette option permet a priori d’éviter les arnaques. En principe, l’acheteur verse l’argent dû sur le compte bancaire sécurisé du Bon Coin, et la somme n’est versée au vendeur que lorsqu’il est en possession du bien et a validé la transaction.

Mais le criminel virtuel a réussi à contourner ce système de sécurité. Pour ce faire, il a envoyé un faux mail aux acquéreurs présumés dans lequel figurait un RIB de compte bancaire. Ces derniers ont versé en toute bonne foi la somme fixée. Mais les fonds ont été déposés directement sur le compte de l’escroc, localisé au Benin.

Sollicité, Le Bon Coin refuse de parler de « faille ». La plateforme souligne que « les annonces sont filtrées par des algorithmes (…). Si malgré ce contrôle, une annonce au contenu illicite est mise en ligne à tort et si elle fait l’objet d’un signalement, une équipe peut la retirer ». Elle rappelle par ailleurs que les transactions doivent toujours se faire via son site Internet.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.